Accueil » Actus Madagascar » Le Sefafi dénonce les restrictions aux libertés de réunion

Le Sefafi dénonce les restrictions aux libertés de réunion

Dans son communiqué en date du 29 juillet, le Sefafi (Observatoire de la Vie Publique) fait part de ses inquiétudes sur les restrictions aux libertés de réunion et de manifestations. Cette organisation de la société civile rappelle ainsi les différentes manifestations de ces derniers jours interdits par le gouvernement. Le parti TIM (Tiako I Madagasikara) s’est ainsi vu refusé l’autorisation de célébrer son 15ème anniversaire au Stade de Mahamasina par le Préfet de Police d’Antananarivo. Le même verdict s’est appliqué à la marche du Mouvement pour la Liberté d’Expression afin de marquer le premier anniversaire du Code de la Communication. Pour justifier ces décisions, un risque élevé à l’ordre public avait été avancé. Le Sefafi rappelle cependant que « En tout état de cause, il incombe aux forces de l’ordre, en vertu de leur devoir constitutionnel, de maintenir la paix publique, dans le cadre de l’exercice par les citoyens de leur droit constitutionnel, en protégeant la sécurité et l’intégrité physique de la population, y compris celle des manifestants, ainsi que de leurs biens respectifs. Les organisateurs des manifestations publiques doivent de leur côté prendre les dispositions nécessaires pour le déroulement pacifique de leurs réunions. »

Cette situation s’est déjà produit en 2001, 2003 et 2005. Ainsi, le Sefafi rappelle pour la troisième fois, les termes de sa lettre de protestation adressée le 28 avril 2001 au Préfet de Police d’Antananarivo dans son communiqué. « Décidemment, l’histoire se répète. Sachons cependant tirer leçon du passé pour avancer vers l’État de droit auquel nous déclarons aspirer. »

Voir Aussi

Le prix de la corruption

Le cycle des conférences organisées du 24 au 26 octobre dernier par le cabinet FTHM …