Accueil » Actus Madagascar » Retour progressif des aides budgétaires

Retour progressif des aides budgétaires

La délégation malgache a visiblement convaincu les partenaires financiers durant la Conférence des bailleurs de fonds les 1er et 2 décembre derniers à Paris. La première journée s’est soldée par l’annonce de financement de la mise en œuvre du Plan National de Développement à hauteur de 6 milliards 400 millions de dollars pour les quatre prochaines années. Le gouvernement avait présenté un programme basé sur trois priorités majeures : le développement rural, la construction et la réhabilitation des infrastructures et l’exploitation des énergies renouvelables. Le Fonds Monétaire International avait fait pour cette occasion une déclaration sur l’évaluation de l’évolution de la situation économique notamment les résultats obtenus dans le cadre de la Facilité Elargie de Crédit (FEC). «Des données préliminaires à fin septembre indiquent que le programme reste globalement conforme aux objectifs. En mars 2017, une mission du FMI se rendra à Madagascar pour procéder à la première revue du programme appuyé par la FEC», indique la déclaration. Ainsi, le FMI estime que le taux de croissance devrait atteindre 4,1% cette année et une inflation stable à 7%. De même, les recettes fiscales sont en bonne voie d’atteindre les objectifs. Pour ce partenaire stratégique de la Grande île : «les premiers résultats dans le cadre de l’accord au titre de la FEC semblent globalement satisfaisants ». Le Fonds table sur une croissance de 4,5% en 2017 avec le développement des investissements publics et de l’activité du secteur privé. D’autre part, l’institution de Bretton Woods a insisté sur la nécessité des mesures à engager pour limiter les besoins de transferts à la JIRAMA. Les risques auxquels est exposée la Grande île, comme les conditions météorologiques défavorables ou l’instabilité politique, ont également été relevées.

Des accords ont déjà été concrétisés comme le don de 1 million de dollars de la Banque africaine de développement pour répondre à la sécheresse dans le Sud du pays et le don de 35 millions de dollars de la Banque Mondiale pour permettre à l’Etat de développer un programme de transferts monétaires d’urgence pour les familles les plus vulnérables dans les cinq districts les plus affectés par la sécheresse. Pour sa part, le secteur privé a annoncé un financement qui s’élève à 3,3 milliards de dollars à l’issue de la Conférence.

 

Voir Aussi

Allianz s’associe à SOS Villages d’enfants

Le premier assureur mondial, présent à Madagascar depuis 2016, a signé le mercredi 31 octobre …