Home » Actus Madagascar » Pression maximale sur les villes

Pression maximale sur les villes

Plus de 4 milliards de personnes dans le monde vivent en ville. Cette tendance devrait se poursuivre, d’ici 2050, avec le doublement du nombre actuel de citadins. Madagascar suit à peu près la même voie.

Le reflet doré du soleil déclinant irradie les parcelles de rizière à l’entrée d’Antananarivo. Cette tonalité mélancolique annonce la fin de l’hiver austral. Elle annonce aussi l’émergence de “Tanamasoandro”, la nouvelle ville jouxtant la capitale malgache qui devrait bientôt sortir de terre. Elle est surtout annonciatrice de grands changements. L’extension de la ville d’Antananarivo passera par ces rizières, en dépit des remontrances de leurs propriétaires.

Croissance

Aujourd’hui, un tiers des Malgaches vit dans des communes urbaines et cela devient des goulots d’étranglement par absence de politique efficace en termes de logements. Or, 42% du PIB sont générés par la capitale qui concentre la majeure partie des tissues de productions économiques. “Les grandes villes sont les leviers de l’émergence de Madagascar”, décrit Holijaona Raboana, initiateur du programme Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM). Cependant, pour que la ville d’Antananarivo puisse se développer, “il lui faudrait près de 2 milliards de dollars jusqu’en 2030”, a prévenu Marie-Chantal Uwanyiligira, Country Manager de la Banque Mondiale à Madagascar.

Aménagement

Le troisième Forum National Urbain (FNU) qui s’est déroulé du 7 au 9 octobre, a arboré un accent particulier avec au coeur des préoccupations Tanamasoandro et surtout l’accroissement boulimique des villes à Madagascar. “D’ici 50 ans, la moitié de la population malgache sera urbaine”, a avancé Hajo Andrianainarivelo, Ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Habitat et des Travaux Publics. Les défis pour que les villes malgaches soient
adaptées à leurs habitants et durables sont de taille. Le problème est que la Grandeîle a pris énormément de retard. “Moins de 30% des communes urbaines ont des schémas d’aménagement”, a révélé Gérard Andriamanohisoa, Conseiller spécial du Président de la République et en charge du projet Tanamasoandro. Les équipes dirigeantes de ces localités peinent aujourd’hui à contenir leur expansion avec tous les problèmes que cela implique : assainissement, sécurité, etc.

Nouvelle vision

Les défis sont aussi d’ordre économique. “Les villes ont aussi une fonction économique”, a soutenu Jérôme Bertrand-Hardy, directeur de l’Agence française du développement (AFD) de Madagascar. Avant d’aboutir à la création d’une nouvelle ville, la situation d’Antananarivo doit être améliorée. L’un des problèmes les plus pendants demeure l’assainissement. Cependant, les déchets offrent également des opportunités économiques qui n’attendent qu’à être exploitées. Hélène Bromblet, de l’ONG Groupe de Recherche et d’Echange Technologique (GRET), explique que “80% de déchets des foyers tananariviens sont compostables. Il faut les valoriser. Cela permettra de diminuer l’impact climatique et de créer une économie”. Les idées, les mécanismes ainsi que les leviers, aussi bien institutionnels que législatifs, sont en place pour la croissance durable des villes mais, la mise en pratique ainsi que l’application de ces lois font défaut afin d’affronter les nombreux challenge qui se dressent devant les villes.

Check Also

Air Madagascar – Air Austral: clash du partenariat stratégique

Le divorce est-il consommé entre Air Madagascar et Air Austral ? La question se pose et …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *