Home » Actus Madagascar » Madagascar invité au TICAD 7
Le Spat
Le Spat

Madagascar invité au TICAD 7

Une fois de plus, Madagascar fera partie des participants du TICAD, la Conférence Internationale de Tokyo sur le Développement de l’Afrique. Envoyé spécial de Shizo Abe, Premier ministre du Japon, pour assister à l’investiture du nouveau Président de la République de Madagascar qui a eu lieu à Antananarivo le samedi 19 janvier, Kenya AKIBA a adressé une invitation pour participer à la septième édition de cet évènement qui aura lieu à Yokohama en août prochain. « C’est une parmi d’autres preuves de l’engagement et la volonté du Gouvernement du Japon de renforcer davantage les relations entre les deux pays », a souligné Kenya Akiba.

Ambatovy et le port de Toamasina, vitrines de la présence japonaise

Le Japon se montre très présent à Madagascar à travers des grands projets dans divers domaines. Un des plus grands en cours est constitué par la rénovation et l’extension du port de Toamasina. La JICA (organisme de Coopération Japonais) finance ces travaux par un emprunt concessionnel sur 40 ans (aménagements prévus s’étaler jusqu’en 2030) à hauteur de 411 millions d’US dollars soit deux tiers du montant total du chantier. Rappelons que le groupe Sumitomo Corporation est devenu l’actionnaire principal à hauteur de 47,7 % du projet Ambatovy (exploitation minière de nickel et le cobalt) courant 2017. En juin dernier, une délégation de 22 représentants de grandes entreprises japonaises était en visite à Madagascar.

Les actions pour atteindre les objectifs du TICAD ne sont guère des opérations ponctuelles. En effet, initiée en 1993, le TICAD a pour objectif de remettre l’Afrique et ses énormes potentiels, notamment économiques et démographiques, sur l’échiquier géo-économique mondial. Il s’avère que le continent est oublié de la plupart des gros investisseurs et mis à l’écart de la plupart des échanges avec les pays développés. La Communauté internationale accorde, certes, de nombreuses aides au continent mais l’Afrique qui dispose d’abondantes réserves de pétrole, de gaz naturel, de métaux rares et d’autres ressources naturelles (agricoles notamment) et humaines, devrait davantage en tirer profit pour un développement pérenne et inclusif.

Attirer les investissements privés vers l’Afrique

Pour cette septième édition, le TICAD a comme objectif spécifique « d’attirer les investisseurs privés en Afrique. » La réalisation de ces objectifs ne sera pas de tout repos sachant que, à l’issue d’une conférence au mois d’octobre dernier, à laquelle a pris part la Banque Africaine de Développement (BAD), il a été souligné qu’un financement d’environ 600 à 700 milliards de dollars est nécessaires pour le développement durable en Afrique et que, compte tenu de la croissance démographique et l’urbanisation, entre 130 et 170 milliards de dollars sont requis. Avant le développement économique ce sont les enjeux de santé et d’éducation qui sont au coeur de toutes les préoccupations ainsi que ceux liés à la stabilité politique du continent régulièrement mis à mal par des conflits internes ou transfrontaliers.Notons cependant que le taux de croissance des économies africaines et largement supérieur à la moyenne mondiale et que l’Afrique, malgré ses handicaps et ses maux, demeure le principal réservoir de la croissance mondiale.

Check Also

Relance de la filière miel

Le réseau AFDI intervient dans 15 pays. À Madagascar, 11 projets territoriaux sont concernés dont …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *