Accueil » Actus Madagascar » Le GFEM cible l’agro-industrie

Le GFEM cible l’agro-industrie

Le Groupement des Femmes Entrepreneurs de Madagascar (GFEM) ambitionne de renforcer les capacités de ses membres (plus de 200 réparties dans tout le pays à travers 12 associations) afin qu’elles soient plus performantes sur le plan professionnel et davantage épanouies sur le plan personnel. Après le secteur de l’énergie qui, de juin à octobre, a intéressé une cinquantaine de membres, c’est autour du secteur agroalimentaire d’être au cœur des préoccupations du groupement.
Depuis le lundi 12 novembre jusqu’à la fin de la semaine, ce sont à nouveau une cinquantaine de membres du GFEM qui vont bénéficier de formations concernant la filière « riz de luxe » et la transformation de fruits. L’ONUDI et l’Union Européenne par l’intermédiaire du projet PROCOM encadrent les formations qui vont se dérouler en plusieurs étapes et qui verront la participation du Ministère de l’Industrie, du Ministère du Commerce ou encore du Bureau des Normes de Madagascar.
Quatre mois de formation et de coaching
Au cours de cette troisième semaine de novembre, dans le cadre de l’hôtel Le Pavé à Antaninarenina, vont se tenir les premières formations concernant les deux filières choisies. Il est à noter que certaines femmes chefs d’entreprises ne sont pas encore impliquées dans ces filières mais cherchent à diversifier leurs activités. Les participantes auront à présenter leur projet agro-industriel à un jury. 35 d’entre-elles seront retenues pour participer aux prochaines phases. En fin de semaine des visites d’entreprises agricoles et agro-industrielles sont prévues.
Durant les quatre prochains mois, les 35 participantes bénéficieront d’un coaching qui devra les aider à mettre en œuvre leur projet. Début mars seront élus les cinq meilleurs projets qui pourront bénéficier d’audits techniques supplémentaires voire d’accès à des financements. Il est à noter, en effet, que la BOA Madagascar qui accompagne le GFEM dans tous ses projets, mène des actions de sensibilisation aux services bancaires. Les cinq projets élus bénéficieront également des conseils d’un consultant pour élaborer des business plan qui seront présentés à la BOA pour d’éventuels appuis financiers. Les cinq lauréates se verront également offrir l’opportunité d’un voyage d’étude en Égypte, pays où l’agro-industrie sur les deux filières retenues est particulièrement performante.
Un développement agro-industriel responsable et durable
L’objectif de tout ce programme est qu’à court terme, durant le premier semestre 2019, de nouveaux produits soient présentés sur le marché local voire régional. A plus long terme, l’exportation à plus grande échelle est envisagée. Les effets socio-économiques attendus devront être au rendez-vous qu’il s’agisse de la création d’emplois ou de l’augmentation des activités de tous les intervenants de la chaîne de valeur des filières « riz de luxe » et transformation de fruit. La dimension responsable de ces activités n’est pas oubliée. Dans le cadre des formations « Énergie », en effet, la valorisation des déchets (en biomasse pour la production de gaz ou de compost) a déjà été inculquée à des dizaines de membres du GFEM. Ce dynamique groupement conforte ainsi son approche durable du développement des activités de ses membres

Voir Aussi

240 participants au Carrefour

Le Carrefour des Entrepreneurs de l’Océan Indien se réunit chaque dernier jeudi du mois à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *