Accueil » Non classé » Journée mondiale des mangroves, gardiennes du littoral

Journée mondiale des mangroves, gardiennes du littoral

Le 26 juillet correspond à la Journée internationale des mangroves. Présentes un peu partout autour du pays, elles font partie des zones humides sur le littoral. Elles se trouvent principalement à l’embouchure des rivières ou sur les terrains vaseux. Une fois que la mangrove, constituée de plusieurs centaines de mangliers, s’est bien installée, celle-ci agit comme barrière naturelle contre l’érosion.

«Les racines des mangliers retiennent efficacement la vase créée par les alluvions transportées par les rivières et le flux marin» explique Prem Saddul consultant environnemental. «Les mangroves offrent plusieurs niveaux de protection pour le littoral. Elles permettent aussi d’atténuer l’impact des vagues venant se briser sur la côte et du courant de la rivière» poursuit-il.

Les mangroves font également office de filtre : les alluvions autour des mangroves se posent au fond de l’eau, maintenant ainsi la clarté de l’eau en surface.

Tout comme les récifs coralliens, les mangroves sont des écosystèmes vivants. Les racines aériennes et la densité des mangroves fournissent un environnement propice pour la reproduction de plusieurs espèces de poisson. On y retrouve également des requins et des raies juvéniles, ainsi qu’un bon nombre de crustacés, ainsi que des oiseaux.

«Dans cet écosystème les alevins trouvent un abri, des coins pour se protéger jusqu’à ce qu’ils soient assez grands» indique Shashi Chumun, directeur de projet à l’organisation non gouvernementale Lagon Bleu. Celle-ci milite pour la protection, l’étude, la réhabilitation et la sensibilisation sur les mangroves.

Les mangroves sont toutefois très vulnérables au développement et à la pollution de l’eau. Elles sont par ailleurs souvent endommagées ou détruites durant des développements fonciers. «La pression de l’urbanisation et des développements fonciers conséquents ont un impact sur les mangroves car les terrains en bord de mer ont une plus-value. Et cela bien que l’on sache l’importance de ces espaces» souligne Vasant Jogoo, consultant pour la Banque mondiale. «Maurice doit s’inspirer de Rodrigues sur la protection des mangroves. Dans certaines régions de Rodrigues, elles sont très bien conservées et les exercices de réhabilitation ont eu du succès, même si mitigé» fait-il ressortir.

lexpress.mu

Voir Aussi

La CINOR réalise le 1er réseau de téléphériques urbains de France

Le projet de téléphérique urbain entre les quartiers de Bellepierre et de La Montagne était …