Home » Actus Madagascar » Initiatives pour la résilience face au changement climatique

Initiatives pour la résilience face au changement climatique

Le réchauffement climatique est un problème planétaire qui reste encore difficile à endiguer, pour la plupart des pays du monde. Madagascar figure parmi les pays les plus menacés par le changement climatique. Face à ce phénomène, le gouvernement malgache a participé au lancement de projets de résilience par rapport aux plus vulnérables, notamment la population rurale, en limitant la dépendance aux forêts, gages de stabilité climatique.

 

Le programme « Sustainable Wildlife Management » (SWM) pour Madagascar a été lancé le 30 Avril dernier par le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable avec le soutien de la Food and Agriculture Organization of the United Nations » (FAO). Par ailleurs la GIZ a apporté son soutien à la FAO pour le projet Mécanisme forêts et paysans (Forest Farm Facility-FFF) à Madagascar.

La déforestation accroit le danger du changement climatique à Madagascar

La Grande-île est le troisième pays au monde le plus exposé aux dangers de l’élévation de la température mondiale. Selon le rapport scientifique, ”La vie sauvage dans un monde en réchauffement”, sorti par WWF en mars dernier, si l’ascension de la température de la Terre est limitée à 2°C, la situation climatique sera insoutenable pour 25% des espèces de Madagascarprovoquant leur extinction d’ici les années 2080. Une situation critique requérant une solution pérenne. Ce danger est d’autant plus imminent puisque la pression sur les forêts malgaches augmente de jour en jour. Ces forêts qui sont indispensables pour réguler le climat. Le WWF rapporte que les pratiques agricoles et l’utilisation du bois comme combustible ont conduit à la perte de la majorité des forêts malgaches. Dans un pays où le salaire minimum est de 45 € par mois, la population est obligée de se sustenter avec les moyens du bord en s’appuyant sur la chasse et la coupe de bois. La seule source d’énergie disponible et abordable pour cuire les aliments étant le charbon de bois.

Sensibilisation et accompagnement des populations riveraines des aires protégées

Le programme SWM débute dans la partie du Parc National de Makira, au Nord-Est de la Grande-île. Il s’agit d’une approche inclusive afin d’inciter la population locale à s’engager pour la protection de leur environnement. Parallèlement, les responsables du projet contribueront à appuyer la population riveraine dans la gestion de leurs terres cultivables à travers des techniques de pêche et d’élevage domestique et ce afin de moins dépendre des espaces forestiers à proximité. SWM participera activement au développement durable de la Grande-île à condition que les actions se concrétisent. « Ce projet nécessitera un changement de paradigme au niveau du gouvernement, en rendant effectif les démarches amorcées », rappelle Patrice Talla Takoukam, représentant de la FAO à Madagascar, à l’île Maurice, aux Comores et aux Seychelles.

Le programme FFF, actuellement dans sa deuxième phase jusqu’en 2022, a pu constater de plus en plus de pays développant, de manières inclusives, des mesures d’action climatique et des stratégies visant la durabilité des économies rurales. Consistant à optimiser le potentiel des agriculteurs, l’initiative générera des impacts durables et  aura formé des paysans aptes à affronter les danger du changement climatique. Les Organisations de Producteurs Forestiers et Agricoles joueront des rôles cruciales à travers le projet qui va, notamment, influencer largement les producteurs grâce à leurs expertises, stimuler l’innovation en incitant les exploitant à diversifier leurs activités, former à l’utilisation équilibrée des ressources forestières… « Nous ambitionnons de restaurer 4 millions d’hectares de paysages verts d’ici 2030. Les revenues paysannes seront améliorées avec une gestion agricole durable améliorant les moyens de subsistance en même temps que les moyens de résiliences face au bouleversement climatique », affirme Patrice Talla Takoukam.

 

L’Etat malgache démontre ses efforts en collaborant avec les organisations internationales dans la résilience des agriculteurs puisque la survie même de l’ensemble de la population mondiale dépend de leurs activités. Ces engagements ne peuvent être concrétisés qu’avec des actions pérennes cadrées par une forte volonté politique.

 

 

 

Check Also

La triptyque «qualité-innovation-proximité»

Actif sur l’île depuis plus de 20 ans, le groupe SMTP fait partie des plus …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *