Accueil » Actus Madagascar » Gestion des aires marines : l’application du « dina » attendue
L'application du dina renforce l'engagement des communautés locales dans la préservation des aires marines.

Gestion des aires marines : l’application du « dina » attendue

Edmond Ramadany est le président de l’organisation communautaire qui gère les aires marines autour de son village d’Antenina, dans la baie d’Ambaro, à 35 kilomètres d’Ambilobe. Son village se trouve dans le Nord du Canal de Mozambique, un des quatre paysages prioritaires du WWF à Madagascar et dans l’Océan Indien Occidental. Selon lui, «  l’application du dina est très importante. Une fois que le dina a été homologué au niveau du tribunal, c’est comme une loi. Le dina renforce la protection et conservation des ressources naturelles. »

Rappelons que le dina est une règlementation traditionnelle et communautaire pour gérer les ressources naturelles d’une façon efficace. Et Edmond Ramadany en est bien conscient : « Le dina est appliqué également pour tout le monde, et ceci augmente la confiance des gens envers notre comité de gestion. Dans la vie quotidienne, le dina renforce la cohésion car une bonne règlementation efface les conflits sociaux au niveau de notre communauté. »

Mais plus qu’un simple travail d’élu communautaire, pour Edmond, la gestion des mangroves d’Antenina est l’engagement de toute une vie. «Être président est une tâche très difficile, c’est un engagement avec la nature. A l’heure actuelle, notre structure est respectée par les villageois. Il n’y a plus de charbon fabriqué à partir du bois de mangroves à Antenina. C’est notre plus grande fierté. »

Au forum national MIHARI des Aires Marines Gérées Localement de Madagascar, qui a eu lieu en août 2017, trois résolutions majeures ont été adoptées par les 150 organisations communautaires qui gèrent des aires marines, avec les 20 ONGs qui les supportent, dont WWF. Ces résolutions portent sur l’officialisation et mise en œuvre des dina en matière de gestion des ressources naturelles, la règlementation des engins de pêche et la création d’un droit de pêche communautaire exclusif sur la bande littorale.

Les résolutions prises lors du forum national ont été présentées au Ministre des Ressources Halieutiques et de la Pêche ce 14 août 2017. Edmond et sa communauté attendent ainsi que tous les dina des communautés littorales de Madagascar puissent également recevoir la reconnaissance de l’Etat pour plus d’efficacité et une gouvernance renforcée.

Voir Aussi

Allianz s’associe à SOS Villages d’enfants

Le premier assureur mondial, présent à Madagascar depuis 2016, a signé le mercredi 31 octobre …