Accueil » Actus Madagascar » Francophonie : des résolutions encore floues

Francophonie : des résolutions encore floues

Les projecteurs du XVIème Sommet de la Francophonie se sont éteints à Antananarivo. Ce 27 novembre, Michaëlle Jean, SG de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et Hery Rajaonarimampianina, Président de la République de Madagascar et Président de l’OIF, ont tenu la conférence de presse finale pour clore l’évènement.

Les agents des médias sont restés sur leur faim, les questions relatives à la mise en œuvre des résolutions du Sommet n’ont pas eu de réponses concrètes. L’accent a été mis sur le succès de l’évènement qui s’est déroulé sans incident majeur. « C’est un succès », a affirmé la SG de l’OIF, « Madagascar à travers ce sommet a retrouvé sa place dans le concert des nations » conforte le président malgache. Questionné sur ses priorités en tant que nouveau président de l’OIF, ce dernier n’a pas apporté de réponse précise : « pour les deux prochaines années, les étapes ce sont les actions. Aujourd’hui on ne peut pas vous dire ce qu’on va faire, nous en tant que chefs d’Etats nous restons dans les stratégies, dans les grands principes mais bien évidemment on a déjà tracé les axes d’actions qui seront mis en place que ce soit par les pays ou par l’OIF». De même sur le plan sécuritaire, Michaëlle Jean est restée vague sur les actions conjointes à mener en termes de lutte contre le terrorisme. Elle a évoqué la nécessité de mutualiser les moyens et les informations, de voir comment rendre plus adéquates les opérations de maintien de la paix et de renforcer les accords de partenariats.

Stratégie économique

En matière de développement économique, les contours semblent plus nets. Les participants sont d’accord sur un point : renforcer l’entrepreneuriat plus particulièrement pour les jeunes et les femmes. C’est conformément à cette stratégie qu’a été mis en place l’incubateur d’entreprises « Incubons » à Madagascar. Le modèle sera essaimé à travers la Grande île pour déployer les TPE et les PME selon Michaëlle Jean. Pour cette dernière, il faut donner aux pays membres les moyens pour conquérir les marchés cibles. « Pour ce qui est des nouveaux instruments, par exemple une attention particulière sera portée sur l’amélioration de l’environnement des affaires, comment faire en sorte que le pays soit davantage capable avec un capital d’attractivité plus grand d’accueillir des investissements et pouvoir donner des garanties à ses investisseurs », indique la SG de l’OIF, un thème qui est toujours d’actualité au pays. Elle a également soulevé la question de la normalisation pour permettre aux pays de promouvoir leurs produits et de rejoindre les marchés de l’espace francophone.

Retombées économiques du Sommet

Pour Madagascar, le Sommet a surtout dopé le secteur hôtelier de la capitale et ses environs avec ses 3 000 participants. La Grande île a aussi tiré partie des accords signés durant cette rencontre dont un projet sur l’énergie renouvelable avec la Banque Africaine de Développement, les 22 accords de coopération économique avec le Maroc et six accords d’un montant de 62 millions d’euros avec la France. D’autres projets devraient se matérialiser dans les prochains moins. Les opérateurs économiques attendent du concret durant le Forum Francophone des Affaires prévu se tenir dans la capitale malgache au mois d’avril.

 

Voir Aussi

Le prix de la corruption

Le cycle des conférences organisées du 24 au 26 octobre dernier par le cabinet FTHM …