Home » Actus Madagascar » Fertilité des sols : pour améliorer le rendement

Fertilité des sols : pour améliorer le rendement

Des experts marocains sont à Madagascar pour former sur les techniques nécessaires et efficaces de la fertilisation des sols. L’objectif est de parvenir à une meilleure production.

Pour améliorer le rendement, il est important d’analyser régulièrement la fertilité des sols soit tous les deux à trois ans selon les experts marocains de l’école nationale de l’agriculture Meknès. Ces derniers étant  actuellement en visite à Madagascar afin de dispenser une formation aux techniciens malgaches du FOFIFA (Centre national de la recherche appliquée au développement rural) depuis le 23 juillet jusqu’au 2 août.  Selon leurs explications, la surexploitation des terres agricoles appauvrit le sol. Le fait de ne pas utiliser suffisamment d’engrais baisse également la fertilité du sol remettant en cause le volume et la qualité de la production. Les experts offrent durant ces deux semaines un renforcement de capacité aux acteurs concernés. « Il s’agit, en effet, d’apprendre les techniques efficaces de prélèvement et d’analyse des sols afin d’évaluer leur fertilité », a souligné Aimé Lala Razafinjara, Directeur général du FOFIFA.

Analyse gratuite

Pour bénéficier d’une analyse gratuite, le Directeur général du FOFIFA incite les exploitants agricoles à faire un prélèvement partiel du sol, suivant la formation qui leur a été donnée et en précisant effectivement la culture qu’ils prévoient d’entreprendre. Ensuite, ils apportent leurs échantillons aux agents de la caravane de fertilité (laboratoire mobile dans le cadre du projet du Ministère de l’Agriculture à étendre la superficie cultivable et augmenter la productivité). Ce projet a été mis en place en collaboration avec le Royaume du Maroc depuis 2017. La région Vakinankaratra et Alaotra Mangoro en sont les principaux bénéficiaires.

Améliorer la fertilisation des sols pour un meilleur rendement permettra à la Grande-île d’atteindre son objectif d’autosuffisance alimentaire d’ici 2020. Le besoin national en riz est estimé à plus de 2,6 millions de tonnes par an. Et avec une production annuelle de 2.2 tonnes, voire largement moins quelques fois (quand les rizières sont dévastées par le cyclone ou la l’inondation), le pays est contraint d’importer jusqu’à 500.000 tonnes de riz.

Check Also

Fraudes financières: des mesures de prévention efficaces

Le service financier est le plus touché par les différentes formes de fraudes selon le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *