Accueil » Lu pour vous » Effluves

Effluves

“Tanindrazana” ou la Terre des ancêtres. C’est ainsi que les Malgaches désignent leur pays. Ils sont attachés, comme tous leurs concitoyens du monde, à leur sol. Il conviendrait, pour démontrer cet attachement viscéral que cette terre soit entretenue et cultivée… Ce trait culturel lié au sol expliquerait que les parlementaires hésitent à adopter la loi sur les Zones Économiques Spéciales (ZES) car elle pourrait accorder une occupation fort longue à des étrangers.

Les malgaches revendiquent, comme de très nombreux pays au monde, des parcelles de territoires “perdus”. Il s’agit ici des îles éparses. Non que les dirigeants du pays souhaitent étendre l’espace géographique qu’ils devront protéger et entretenir (les premiers 591.000km² leur procurent suffisamment de soucis) mais le pétrole semble devoir jaillir aux abords de ces confettis perdus dans les océans. Que n’utiliset-on pas le pétrole de Tsimiroro (centre Ouest) dont l’exploitation est suspendue, plutôt que de revendiquer de nouveaux gisements que le pays ne pourra exploiter, dans tous les cas, qu’avec l’aide… des étrangers.

La vraie richesse ne se trouve pas sous forme d’énergie fossile enfouie dans la croute terrestre (plus souvent source de conflits que de développement) mais dans les fruits de la terre qui mûrissent, chaque année, au grand jour. Il va être temps de s’intéresser vraiment à la Terre des ancêtres dont on peut douter qu’ils seraient fiers de ce qu’elle est devenue.

Source : Mémento mai 2018

Voir Aussi

Immobilier et BTP : des secteurs qui demeurent “en pointe”

Au sein de la micro-économie malgache, l’immobilier, le bâtiment et les travaux publics pèsent de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *