Accueil » Actus Madagascar » Divers projets pour soutenir la transition énergétique

Divers projets pour soutenir la transition énergétique

L’offre insuffisante en énergie demeure l’une des principales entraves au développement du secteur industriel malgache. Le recours aux énergies renouvelables pourrait aider à combler ce déficit et à améliorer la productivité des industries locales. Plusieurs projets ont été présentés au cours d’une conférence lors du Salon de l’Industrie de Madagascar (SIM 2018).

La GIZ, l’agence d’exécution technique de la coopération allemande, accompagne les entreprises malgaches dans la transition vers les énergies renouvelables. Elle a récemment mené des études sur l’énergie solaire adaptée aux secteurs industriel et commercial qui révèlent que l’accès au financement demeure l’un des facteurs de blocage. Les installations solaires requièrent en effet des investissements conséquents alors les industriels malgaches sont, trop souvent, en manque de liquidités. Par ailleurs, la GIZ a noté un réel besoin de règlementations et de formations techniques sur l’installation des systèmes photovoltaïques. Pour franchir le pas, les entreprises locales ont aussi besoin de voir des projets pilotes qui témoignent de l’efficacité de nouvelles sources énergétiques capables de réduire véritablement la facture d’énergie.

Face à ces constats, la GIZ finalise actuellement un audit énergétique auprès de 4 entreprises malgaches dont deux établissements hôteliers dans l’Isalo et à Sainte Marie et deux industries à Majunga et à Tamatave. Les résultats de ces audits devraient permettre de diagnostiquer la qualité énergétique de ces entreprises et de dégager diverses recommandations.

Au cours de la même conférence, l’Agence Française de Développement a présenté Sunref (Sustainable Use of National Resources and Energy Finace), une ligne de financement pour tous types de projets en énergie renouvelable. Concrètement, Sunref met à la disposition des institutions bancaires locales des prêts à long terme. Ce label de “finance verte” renforce également les capacités des entreprises à utiliser de manière optimale l’énergie et les ressources naturelles. La mise en œuvre de Sunref se heurte à quelques difficultés comme le cadre juridique en peine réforme, la stratégie d’électrification en cours de préparation, la situation précaire de la compagnie nationale d’électricité et d’eau ainsi que la perception et la gestion des risques par les banques. Actuellement, deux projets ont bénéficié du label Sunref et l’étude de faisabilité d’une vingtaine de projets en électrification rurale est en cours.

Cette semaine, le Programme Régional d’Efficacité Energétique débute une cartographie énergétique pour identifier le potentiel d’économie d’énergie des entreprises et les obstacles à ce potentiel. A l’île Maurice, ce programme avait relevé un potentiel d’économie d’énergie de 15% sur 650 entreprises énergivores en 2012. Grâce à un projet pilote 8 entreprises mauriciennes ont enregistré des économies d’énergie de 10 à 40%.

Grâce à ces différents projets, le secteur privé pourra certainement enclencher la transition énergétique à son niveau. Le secteur public, quant à lui, semble en effet traîner les pieds.

Voir Aussi

Le prix de la corruption

Le cycle des conférences organisées du 24 au 26 octobre dernier par le cabinet FTHM …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *