Home » Non classé » Des sanctions sont tombées dans l'affaire BAI

Des sanctions sont tombées dans l'affaire BAI

Des sanctions ont déjà été prises contre la Financial Services Commission (FSC) depuis avril 2015 concernant l’affaire BAI. C’est ce que nous révèle le ministre des Services financiers, de la Bonne gouvernance et des Réformes institutionnelles Roshi Bhadain, sollicité après la publication du rapport nTan, vendredi.

Le document met en lumière les lacunes de la FSC en vue de prévenir la chute du groupe BAI. Il est mentionné, notamment, que la commission était au courant d’irrégularités au niveau de BA Insurance dès 2007–2008, mais que la compagnie d’assurances a tout de même continué à opérer sans être inquiétée.

Mais ce qu’indique le rapport ne surprend pas le ministre Roshi Bhadain. «Le travail a déjà commencé », et ce, bien avant le rapportnTan, a-t-il déclaré àl’express hier, dimanche 31 janvier. «On a bougé très vite, on savait déjà sur la base des travaux analytiques», a-t-il ajouté.

«Je suis d’accord qu’il faut consolider le système…»

Quid des sanctions appliquées? «Nous avons changé le management au niveau de la FSC. Énormément de procédures ont déjà été enclenchées», précise-t-il. Et d’ajouter que les mêmes procédures ont été appliquées au Financial Reporting Council.

«Je suis d’accord qu’il faut consolider le système. Déjà, la loi sur l’enrichissement inexpliqué et la création de la Financial Crime Commission est un bon début. Il faut également une loi contre la fraude. Le projet de loi à ce sujet est en préparation», a indiqué Roshi Bhadain. Des mesures qui ont déjà été annoncées dans le courant de l’année dernière et dont les «structures fonctionnent déjà», soutient le ministre.

Outre la FSC, d’autres régulateurs, notamment BDO, qui était l’auditeur de Bramer Property Fund (BPF), ont été mis à l’index dans le rapport. Cependant, celle-ci avance que BPF n’était pas une filiale de BAI à l’époque.

Mission compromise ?

Les conclusions du rapport nTan ne compromettent-elles pas le rôle de BDO, dont le Managing Partner Yacoob Ramtoola est l’administrateur spécial du groupe BAI ? Interrogé à ce sujet, Roshi Bhadain indique que la FSC a fait un «due dilligence» avant de nommer l’administrateur spécial.

«La FSC m’a expliqué que BPF n’était pas une subsidiaire de la BAI. Après une série de questions et de réponses, la FSC n’a trouvé aucune raison de ne pas nommer Yacoob Ramtoola», insiste-t-il. Et d’ajouter que la FSC a «bien fait son travail».

Lexpress.mu

Check Also

La CINOR réalise le 1er réseau de téléphériques urbains de France

Le projet de téléphérique urbain entre les quartiers de Bellepierre et de La Montagne était …