Home » Actus Madagascar » Déforestation et pauvreté : fin d’une dualité ?

Déforestation et pauvreté : fin d’une dualité ?

Le programme « Sustainable Wildlife Management » (SWM) pour Madagascar a été lancé le 30 Avril dernier par le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable.  Bénéficiant d’une envergure internationale avec l’aide d’ONG comme la « Food and Agriculture Organization of the United Nations » (FAO), le projet cherche à endiguer le couple pauvreté-perte de biodiversité.

Le projet est financé par le 11ème Fonds Européen de Développement de la Commission Européenne pour une stratégie Intra-ACP (groupe des Etats d’Afrique Caraïbes et du Pacifique). Il est décliné dans 12 pays ACP pilotes. L’objectif principal du SWM est de conserver la faune sauvage malgache et les écosystèmes tout en améliorant les conditions de vie et la sécurité alimentaire des populations dépendantes des zones protégées.

La pression inexorable sur les forêts

Les forêts malgaches ainsi que les animaux qu’elles abritent sont fortement menacées. D’après le WWF, les pratiques agricoles et l’utilisation du bois comme combustible ont conduit à la perte de la majorité des forêts malgaches. Dans un pays où le salaire minimum est de 45 € par mois, la population est obligée de se sustenter avec les moyens du bord en s’appuyant sur la chasse et la coupe de bois. La seule source d’énergie disponible et abordable pour faire cuire les aliments est le charbon de bois.

Sensibilisation et accompagnement des populations riveraines des aires protégées

Le programme SWM débutera dans la partie du Parc National de Makira, au Nord-Est de la Grande-île. Il s’agit d’une approche inclusive afin d’inciter la population locale à s’engager pour la protection de leur environnement. Parallèlement, les responsables du projet contribueront à appuyer les ruraux dans la gestion de leurs terres cultivables, des techniques de pêche et d’élevage domestique. Ainsi, elle dépendra moins des forêts à proximité.

SWM participera activement au développement durable de la Grande-île à condition que les actions se concrétisent. « Ce projet nécessitera un changement de paradigme au niveau du gouvernement, en rendant effectif les démarches amorcées », rappelle Patrice Talla Takoukan représentant de la FAO à Madagascar, à l’île Maurice, aux Comores et aux Seychelles.

 

Les luttes contre la déforestation et, en parallèle, celle contre la pauvreté ne sont pas incompatibles. Il faudra néanmoins beaucoup de persévérance et d’autorité pour inverser la spirale infernale qui lie, pour l’heure, pression sur l’environnement et sous-développement.

 

Check Also

Haja Rasambainarivo, Vice-Président de la CanCham

Les relations Madagascar – Canada se raffermissent

La Chambre de Commerce et de coopération Madagascar – Canada a su faire preuve d’un …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *