Accueil » Non classé » Les Comores déconnectées du Web

Les Comores déconnectées du Web

L’archipel des sultans batailleurs continue à entretenir sa légende si l’on en croit les derniers événements. Couper internet équivaut à couper le pays du reste du monde tant les relations avec la diaspora sont déterminantes pour la survie de l’archipel.

En effet, d’importants transferts de fonds émanant de l’étranger se font le plus souvent par mobile banking ainsi que la plupart des réservations de billetteries d’avions et d’hôtels. Pourtant, c’est bien ce qui s’est passé ce 16 novembre à midi suite à l’immobilisme de Comores Telecom face à la demande du consortium du câble Eassy qui regroupe 17 membres*.

Contacté par nos soins, un représentant du MC (Management Committee) du Consortium EASSy nous éclaire sur ce sujet un peu compliqué :

“Cela fait des mois qu’un des membres du Consortium, réclame l’interconnexion à la station EASSy de Moroni pour sa filiale aux Comores. Pourtant l’opérateur Comores Telecom refuse de donner l’accès à la station de Moroni, cela en dépit d’une règle fondamentale du consortium EASSy valable sur toutes les neuf stations d’atterrissage du câble et qui dit qu’aucune station ne peut refuser l’accès à la capacité du câble à tout opérateur de télécommunications qui en ferait la demande (que cet opérateur soit filiale ou non d’un membre du consortium…c’est la notion fondamentale d’Open Access).
En outre, les représentants comoriens n’étaient pas présents lors de la seule réunion annuelle qui regroupe tous les représentants du consortium. C’était le 3 novembre dernier à Londres et leur absence et surtout leur refus d’accepter une conférence téléphonique pour justifier leur comportement ont été considérés par tous les membres présents du consortium Eassy comme une manière de faire la sourde oreille et un courrier officiel a été envoyé conformément au règlement.
Ce courrier stipulait que la connexion au câble serait coupée au 15 novembre (30 jours après la dernière demande de Telma du 14 octobre restée infructueuse).
Là encore le DG de Comores Telecom, Mr Mgomri, a continué à faire la sourde oreille estimant à tort qu’il était au-dessus de tous règlement international…il a ainsi trompé tout le monde, en particulier les parlementaires Comoriens inquiets de cette menace sérieuse, en assurant que Telco outrepassait ses droits… alors qu’elle ne réclamait que le minimum, à savoir utiliser sa capacité EASSy dans laquelle son groupe a fortement investi… et le consortium a dû mettre sa menace à exécution le 16 novembre à midi…”
On devine le séisme que cette coupure a dû entraîner dans les Ministères concernés, au pied du volcan Khartala.
Dès le 17 novembre le gouvernement a demandé à transférer la connexion de Comores Telecom vers Comores câbles, une société créée à la demande de la Banque Mondiale en prévision d’éventuelles carences de l’opérateur préhistorique comorien afin de garantir un traitement équitable entre les deux opérateurs désormais présents aux Comores.
C’est le ministre des finances comorien qui a été l’artisan principal de ce dénouement en s’engageant auprès du consortium à laisser Telco travailler dans l’intérêt des consommateurs dès ce lundi 21 novembre, donc à une vraie libéralisation du secteur. A suivre…

*Le consortium Eassy regroupe 17 membres  (les 25 plus grands opérateurs de la région dont 9 réunis dans une SPV) qui ont investi plus de 300 millions US$ dans la mise en place du câble Eassy, le plus grand câble Est Africain qui vient d’upgrader sa capacité à 2,7 Térabits… dont l’Union des Comores va pouvoir bénéficier avec le lancement des opérations de Telco (Telma Comores). Cette opération d’interconnexion a pris un an aux Comores contre trois jours en moyenne pour ce type d’opérations. Un blocage au détriment de la population et de l’économie de l’archipel.

Voir Aussi

La CINOR réalise le 1er réseau de téléphériques urbains de France

Le projet de téléphérique urbain entre les quartiers de Bellepierre et de La Montagne était …