Home » Actus Madagascar » Carburants : Une baisse très limitée

Carburants : Une baisse très limitée

Les prix à la pompe des carburants ont été révisés très légèrement à la baisse depuis le 19 juin dernier suite à de longues tractations entre le gouvernement et les grands distributeurs pétroliers locaux. La promesse électorale aura donc été tenu, mais cette faible révision des prix répond-elle vraiment à l’attente des consommateurs ?

L’état des infrastructures remis en question

Après des mois de négociations, l’Etat et les pétroliers ont fini par trouver une entente sur les prix à la pompe des carburants. Pour rappel, dès son arrivé au pouvoir, en janvier 2019, le Président de la République s’était engagé à mener une rude bataille pour faire baisser les prix à la pompe. Selon lui, les marges bénéficiaires des pétroliers élevées laissaient une marge de manœuvre. Un point de vue appuyé par les études de la Banque mondiale. De son côté, les pétroliers ont contesté les études en avançant que de nombreux paramètres n’ont pas été pris en considération dont la dégradation des infrastructures routières qui exige plus de temps pour le transport des carburants (et donc des surcoûts), la parité du dollar défavorable,… Des mois ont passé et les deux parties n’avaient toujours pas pu mettre en place une nouvelle structure des prix des carburants.

Baisse non-négligeable du pétrole lampant

Les stations services ont affiché de nouveaux prix depuis le 20 juin. Le pétrole lampant a enregistré une baisse de 500 Ariary par litre et se vend désormais à 2.130 ariary le litre (le marché interbancaire des devises propose l’euro à 4.066 Ariary). Le litre du gasoil est proposé à 3.400 ariary après une réduction de 150 ariary et le sans plomb à 4.100 ariary (100 ariary de baisse soit à peine plus de 2%). Ces nouveaux prix seront maintenus jusqu’à la fin de l’année selon le ministère de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures. La nouvelle structure des prix, qui reste en cours, ne sera présentée et appliquée qu’en janvier 2020.

Vers la relance du rail ?

L’Etat a certes tenu son engagement de réviser à la baisse les prix des carburants, mais les consommateurs s’attendaient sûrement à une réduction plus conséquente après la communication massive du gouvernement sur le sujet. On notera également que l’État (juge et partie puisqu’actionnaire de plusieurs sociétés distributrices) est intervenu dans un commerce qui relève du secteur privé. L’État ira-t-il jusqu’au bout de sa logique en favorisant la relance du rail qui permettrait d’effectuer de substantielles économies dans le transport des carburants entre Tamatave et Antananarivo ?

Check Also

Solidis SA et CPA forment les jeunes diplômés

Une convention de partenariat a été signée entre Solidis SA et le Centre de Professionnalisation …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *