FILS INFOS
Accueil » Réunion » Des peintures bio pour protéger les bateaux
Des peintures bio pour protéger les bateaux
copyright Bioalgostral. Légende : La production de peinture bio passe par différentes étapes

Des peintures bio pour protéger les bateaux

Depuis 2014, le recours aux peintures antifouling (anti salissures) est interdit en Europe. Ce type de peintures est souvent utilisé pour protéger les coques des navires des micro-organismes marins. Cependant, les peintures antifouling sont également considérées comme polluantes pour les océans. Un challenge est donc né à La Réunion : mettre au point une peinture protectrice à base d’algues connue sous le nom de Biopaintrop. Soutenu par le pôle de compétitivité Qualitropic, ce projet est constitué d’un consortium. Ainsi Hydrô Réunion identifie et fournit les souches de micro-algues. Bioalgostral produit les algues retenues qui seront intégrées aux peintures. Les propriétés anti-salissures des algues sont ensuite évaluées par 3 laboratoires de recherche. C’est avec l’expertise de Nautix, société basée à Lorient et spécialisée dans la production de peintures antifouling, que sont intégrés les extraits issus de ces algues à des peintures. Les résultats des tests menés pendant 10 mois dans trois grands ports réunionnais se révèlent prometteurs.

«Si d’autres travaillent sur des projets semblables, nous sommes sans doute les seuls au monde à constituer un consortium aussi complémentaire maîtrisant l’ensemble de la chaîne, de l’isolement de la microalgue jusqu’au test de peinture sur des supports immergés, en passant par l’identification des molécules actives. C’est ce qui a fait notre succès et nous permettra de mettre en œuvre d’autres projets rapidement et efficacement » précise Jean Turquet, coordinateur du projet et Responsable de la Cellule Biotechnologies et Environnement Marin chez Hydrô Réunion.

Sur le plan économique, Biopaintrop peut fournir d’importants débouchés car ce sont 77 millions de litres de peintures antifouling qu’il faut remplacer. Pour les initiateurs du projet : « la balle est désormais dans le camps du partenaire industriel fabricant de peinture. A lui de valider le fait que le produit est économiquement intéressant et que le marché l’accepte. »

Revenir en haut de la page