Accueil » Actus Madagascar » Le photovoltaïque en lutte contre la pauvreté

Le photovoltaïque en lutte contre la pauvreté

Une unité mobile photovoltaïque a été inaugurée en avril dernier à Antolojanahary, village situé à 60km à l’ouest de la capitale.
Ce projet a été réalisé par l’association humanitaire Akamasoa avec l’appui de la Région Réunion ainsi que le partenariat technique
de la société réunionnaise Solarplexus.

La COI, le Gouvernement Princier de Monaco, l’Union Européenne, la BPI France mais aussi les fondations Crédit Agricole La Réunion et TELMA ont également participé à cette réalisation pilote d’électrification rurale, s’inscrivant dans le cadre de la lutte contre la pauvreté et l’enclavement qui profite à 240 foyers, soit environ 1.700 personnes (dont 1.400 enfants). L’installation d’un réseau wifi permet, en outre, aux habitants de cette contrée d’avoir accès à internet gratuitement. Antolojanahary devient le tout premier village de campagnes malgaches à être connecté. Pour le père Pedro Opeka, “fondateur” de ce village et Président de l’association humanitaire Akamasoa, la réalisation de cette opération concourt à freiner l’exode rural des plus démunis. L’asphyxie des grandes villes et le développement de l’extrême pauvreté urbaine devenant un souci majeur du pays.

Une très modique participation financière
L’installation solaire, implantée au milieu du village, permet d’équiper le Centre de Santé de Base (CSB2) d’un espace frigorifié pour la conservation des médicaments et de faire fonctionner des équipements de premiers secours (défibrillateur…). L’installation s’appuie sur des “batteries nomades”, un système filaire équipé de LEDs et des kits, à recharger sur la centrale solaire, qui ont été distribués aux villageois lors de la cérémonie d’inauguration. “Ces kits sont loués à 2.400 Ariary par mois (0,60€). Ce prix très modeste, sans considération économique, n’a pour but que de responsabiliser les bénéficiaires.”, souligne le père Pedro Opeka. La population avoue trouver effectivement cette participation financière raisonnable et apprécie que leurs enfants puissent effectuer des travaux scolaires et que tout le monde puisse avoir accès à des informations (recharge de portables, télévision, internet…), voire à l’eau potable (pompage d’eau de puits).

Développement durable dans l’océan Indien
C’est en 2013 que le père Pedro Opeka avait contacté des amis réunionnais pour leur exprimer son souhait d’électrifier ce village qu’il a créé en 1989.
“La concrétisation de ce projet est un point de rencontre entre la volonté de la Région Réunion d’impulser un nouveau modèle de développement durable dans l’océan Indien et la volonté d’une entreprise privée, Solarplexus, qui contribue à la cause environnementale, en réalisant un système révolutionnaire de production photovoltaïque d’électricité”, devait souligner Didier Robert, Président de la Région Réunion, lors de l’inauguration. Solarplexus, start-up créée en mai 2016 (conception, installation et maintenance de groupes autonomes photovoltaïques), prévoit d’installer deux autres unités similaires.
Il est également prévu, à brève échéance, l’ouverture d’un lycée-centre de formation aux métiers de la ruralité financé par la Région Réunion. “La croissance verte est un formidable levier pour réduire la pauvreté” martèle, en effet, le père Pedro.

Solofo Ranaivo

Voir Aussi

Filière bio : des atouts économiques et durables

Dans une logique de développement durable, Serge Rajaobelina, Directeur du groupement d’intérêt économique Sahanala est …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *