FILS INFOS
Accueil » Madagascar » Enième kidnapping d’opérateurs indiens
Enième kidnapping d’opérateurs indiens
Yanish Ismael a été enlevé le 15 mai dernier à la sortie d'un culte de requiem

Enième kidnapping d’opérateurs indiens

Le Collectif des Français d’Origine Indienne (CFOIM) s’indigne face au kidnapping de Yanish Ismael, fils de Danil Ismael PDG du Groupe SMTP. L’acte a été commis alors que le jeune opérateur sortait d’un culte de requiem le 15 mai dernier, dans un cimetière à Ankadikely-Ilafy, une banlieue au nord de la capitale. Les malfrats, composés d’une dizaine de personnes cagoulées et armées, étaient bien organisées selon des témoins. Un agent de sécurité Malgache a été victime des tirs des ravisseurs au cours de l’enlèvement, son état reste toujours critique actuellement. « On ne se sent plus en sécurité nulle part. Même dans un cimetière, ces malfrats n’hésitent plus à commettre des actes d’une extrême violence » a déclaré un membre du CFOIM. Il y a un mois à peine, c’est le jeune Firoze âgé de 16 ans, qui était enlevé par un commando fortement armé, au nez et à la barbe des forces de l’ordre malgache.

Les rapts contre les opérateurs indiens sont devenus fréquents ces dernières années. Yanish Ismael est le 91ème Français, victime d’enlèvement à Madagascar en 7 ans. A cette heure, la famille est toujours sans nouvelles de Yanish. Les malfaiteurs demandent le plus souvent une somme conséquente contre la libération de leur victime. Et d’une manière générale, leurs crimes restent impunis.

« Face à ce nouvel enlèvement, le CFOIM appelle de nouveau le gouvernement malgache à prendre ses responsabilités afin d’assurer la sécurité des citoyens vivant sur le sol malgache. L’appel est également lancé à la communauté internationale et au gouvernement français pour accompagner les autorités dans la mise en œuvre d’un dispositif qui saura mettre fin à ces pratiques criminelles. »

Cette situation alarmante ne va pas améliorer l’image de la Grande Ile. A l’heure où le pays effectue des opérations de charme à l’endroit des investisseurs. Le gouvernement a encore du chemin à faire pour les rassurer.

Revenir en haut de la page