Accueil » Lu pour vous » Effluves

Effluves

En décembre dernier, dans un grand hôtel de la capitale, une association dénommée Le Club des Jeunes Cadres du Grand Sud-Est de Madagascar alertait l’opinion publique sur “le retard de développement de la région Anosy”.
Quand le projet minier QIT Madagascar Minerals – Rio Tinto avait démarré ses activités d’extraction d’ilménite, que n’a-t-on pas écrit sur le “boom” économique irréversible attendu à très brève échéance ! Le port d’Ehoala, construit aux plus hautes normes notamment sécuritaires, et sa Zone Economique Spéciale devaient finir d’attirer les investisseurs et leur permettre d’exporter aisément. Rien de tout cela.

Dix ans avant l’ouverture de la mine, le Centre Technique Horticole de Tamatave (CTHT) assurait la promotion de la culture de la baie rose dans l’arrière-pays aux alentours de Fort-Dauphin. Par faute d’encadrement des autorités de tutelle, la culture de la baie rose, d’une exceptionnelle qualité dans cette région, a périclité. Elle était là pourtant, la vraie source de richesses pérennes pour la région Anosy. Il en est de même pour l’ensemble du pays : ce ne sont pas quelques mines ou le développement des NTIC qui permettront d’éradiquer la pauvreté mais, bel et bien, les produits agricoles de rente.

Que le regrettable exemple de l’extrême Sud-est malgache serve de leçon et que les autres régions redonnent au secteur primaire la place primordiale qu’il mérite.

Source : Mémento février 2018

Voir Aussi

Industrie agro-alimentaire : d’immenses atouts et de nombreuses contraintes

La nouvelle loi sur le développement industriel à Madagascar ne prendra tout son sens que …