microcred
roaming2

24/04/2014 - REGION DIANA - Le risque de marée noire sur la Mer d'Emeraude et la Baie de Diego Suarez a été écarté. En effet, le tanker « Seychelles Paradise » équipé de deux pompes de ballastage de 100m3/h est venu à la rescousse de l’échouement du pétrolier Tromso, bloqué depuis le 17 avril. >>> Le bureau du projet PIC (Pole intégré de croissance) à Nosy-Be sera prochainement transféré à Antsiranana, apprend-on.>>> L’extension du projet Pôle intégré de croissance dans la région Diana concerne les secteurs clés de la région dont le tourisme et l’agrobusiness. Ces besoins étaient identifiés selon le Schéma Régional de l’Aménagement du Territoire (SRAT) et le Schéma Régional de Développement Economique (SRDE).>>> Les sujets de la relance économique de Nosy-Be évoqués par le président Hery Rajaonarimampianina, lors de son dernier passage dan l’île durant le week-end pascal restent les mêmes. A savoir : l’extension de l’aéroport de Fascène, la reprise des activités de l’usine de SIRAMA, la relance du secteur tourisme et enfin une nouvelle desserte aérienne qui relie directement Marseille à Nosy-Be. >>> Un bateau de guerre espagnol « Relapango » qui assure une mission de lutte contre le piratage dans l’océan Indien est de passage à Antsiranana pour 3 jours. Cette action est également un moyen pour les forces marines des deux pays de renforcer leurs relations. >>> L'association DS Velyvely proposera son dernier spectacle de percussion ce samedi 26 avril à 16h à l’Alliance française de Diégo-Suarez. >>> Paradise Bay, une nouvelle boutique de prêt à porter des grandes marques du monde telles que Lacoste, Polo Ralph Laurent ou encore Louis Vuitton, a ouvert ses portes à Androkaroka - Nosy-Be depuis quelques jours.>>> REGION BOENY - A quelques milles de l’île française de Juan de Nova, cinq navires de pêches présents illicitement en provenance de Mahajanga y ont été interceptés. Trois d’entre eux pratiquaient la pêche artisanale, mais les deux autres, semblaient avoir une vocation quasi-industrielle. Près d’une tonne de concombres de mer a été appréhendée et rejetée à la mer sur instruction du directeur de la Mer sud océan Indien (DMSOI).>>> REGION ATSINANANA - Monique Djistera, Docteur en philologie, et Maître de Conférences à l’Université de Toamasina a publié dernièrement son livre «Ramoamina, contes betsimisaraka de Madagascar ». Ce recueil de textes collectés dans la région de Vatomandry sont des contes sur le respect des traditions, l’ordre de choses, la nature, mais aussi adressés à ceux qui font preuve d’égoïsme, de jalousie, de paresse.

edtionn photottqes
renala

Retour au calme dans le Sud

operation

Tout y est : le décor avec ses grands canyons, qui débouchent sur des déserts verdoyants en ce début de saison des pluies ; les caravanes attelées qui déboulent en plein village de planches et de pierres ; il y a même le shérif et les méchants brigands.
Seuls étaient absents au tableau, les immenses troupeaux de zébus qui, naguère faisaient sonner la terre chaude et sèche du Grand Sud…
Et pour cause : les attaques de Dahalos (bandits de grands chemins) ont carrément vidé de leurs troupeaux les étendues verdoyantes de la région de Betroka.
Officiellement, environ 10 000 têtes de zébus ont été dérobées ces derniers mois, mais n’est-ce pas la partie émergée de l’iceberg, cachant un chiffre beaucoup plus important ?
Les razzias opérées de façon brutale par des bandes armées, ont pris une ampleur jamais vue depuis cette année 2012, et n’ont pas hésité à voler des troupeaux par centaines de têtes, tuant et terrorisant des villageois au passage. Les villageois apeurés n’osant contre attaquer des bandits protégés par de puissants gri-gris d’après les témoignages. Hormis une réaction bien organisée par ce qu’il convient de nommer une milice dans la région de Fenoaivo par les « Dzamas », tuant dans une embuscade une centaine de Dahalos. Puis les autorités  ont déclenché une réplique militaire en septembre dernier appelée opération « Tandroka ». Des éléments d’une force mixte composée de gendarmes, policiers et membres du F.I.S (Force d’Intervention Spéciale), ont ratissé la zone, depuis le calme est revenu malgré quelques attaques sporadiques, comme ce fut le cas vendredi 30 novembre au soir où une vingtaine de brigands ont tué à Mahabo un jeune père de famille dénommé Merina pour lui dérober tout son cheptel d’une vingtaine de têtes.
Les villageois, de la région de Betroka commencent à revenir dans leurs villages depuis que les forces armées occupent le terrain.

Orson Razaka à Betroka

APOI

 

memento-fr no-comment rli  
orange ontmcap  
logo-univers   cetamada fmmcapture guanomad-logo  carrefour
...