FILS INFOS
Accueil » Infos » Réunion » Aude d’Abbadie-Savalli au CA de l’UNCPSY
Aude d’Abbadie-Savalli au CA de l’UNCPSY

Aude d’Abbadie-Savalli au CA de l’UNCPSY

Aude d’Abbadie-Savalli, Co-présidente de la Fédération hospitalière privée de l’Océan Indien (FHP Océan Indien) et Directrice générale du groupe Les Flamboyants, vient d’intégrer le conseil d’Administration de l’Union nationale des cliniques psychiatriques (UNCPSY), syndicat professionnel qui représente et défend les intérêts des 160 cliniques psychiatriques de France auprès des pouvoirs publics. 

Seule représentante des établissements de santé mentale ultramarins au sein du conseil d’Administration de l’UNCPSY, Aude d’Abbadie-Savalli porte à l’échelle nationale le travail de sensibilisation sur les problématiques Outre-mer qu’elle mène localement avec l’ensemble de la profession, membre de la Fédération hospitalière privée de l’océan Indien.
 
L’UNCPSY, dont elle est aujourd’hui l’une des administratrices, a pour missions de défendre l’avenir de la psychiatrie privée et être partie prenante dans les débats de société. Une dynamique dans laquelle s’est illustrée, à maintes reprises, la FHP Océan Indien qu’elle co-préside depuis deux ans. 

La représentation régionale de la fédération a, par exemple, récemment participé à la réflexion menée par l’Agence Nationale d’Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux (ANAP), sur le parcours du patient en santé mentale à La Réunion. Cette réflexion a débouché sur de nouvelles autorisations d’accompagnement, dédié à des publics cibles comme les jeunes adultes.
Tout autre exemple, en octobre dernier la FHP Océan Indien a été à l’initiative d’un congrès à La Réunion sur la réforme du financement du système de santé, en partenariat avec les délégations régionales des différentes fédérations hospitalières. Le Dr Olivier Veran, missionné par la Ministre des Affaires sociales et de la Santé pour mener une vaste réflexion en France à ce propos, était à La Réunion à cette occasion. En participant aux échanges, il a pu davantage appréhender les problématiques de La Réunion et de Mayotte, et ainsi obtenir tout l’éclairage nécessaire pour les intégrer au mieux dans son rapport final, attendu début 2017.  

Share
Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInShare on Tumblr
Revenir en haut de la page